Quelques notes en Psychogénéalogie

Quelques notes en Psychogénéalogie

Bonjour,

Voici quelques notes en Psychogénéalogie,afin de vous aider à comprendre certaines parties invisibles de votre histoire généalogique .

Absence de couple parental :

L'enfant né de père inconnu,est non seulement sans le nom de son père mais aussi sans famille paternelle,donc son existence se construit sur un manque . Pendant très longtemps,nombre de " filles-mères" ont été bannies par leur propre famille et leur enfant surnommé " batard" . La honte propagée par la morale de l'époque peu peser encore sur la descendance en générant un mal être diffus .

Reconnaissance de paternité :

Lorsque le nouveau conjoint adopte l'enfant ( né de père inconnu ) de sa partenaire,il lui donne une identité qui lui offre une place dans la famille à venir,tout en se substituant au père biologique; ce qui n'est pas toujours juste ou équilibrant .Il est necessaire de bien clarifier les rôles .Lorsque règne le doute, l'isolement s'ensuit naturellement .inconsciemment l'enfant connait son histoire et le porte seul .

Union et mariage :

Maintes mariages ont été célébrés pour régulariser une grossesse en cours; de ce fait , l'enfant se sent à tord responsable de l' union de ses parents . C'est encore plus lourd lorsque le couple vit des conflits ou finit par divorcer . L'enfant peut en éprouver de la culpabilité .

Décès et deuils :

Les personnes nées après le décès d'un grand parent, donc en période de deuil ,ont ressenti le chagrin de leur parent et en sont souvent imprégnées .Anne Ancelin-Schützenberger précise lorsque le deuil ne s'est pas fait , il laisse une tache inachevée , interrompu qui va travailler la personne et ses descendants .

Impact des guerres :

Naître pendant la guerre expose aux sigmates de la peur ou de la terreur liées aux bombardements ,à l'occupation . Les natifs peuvent êtres sensibles aux préoccupations concernant la survie , l'alimentation....de même que leurs descendants .

 

Le foetus , puis le nourrisson capte l ambiance qui l' entoure et adopte les rejets ou les conflits de ses parents . L'enfant ressent les émotions , même cachées , car il est extrèmement attentif à son entourage . Mais le non-accès au langage en limite la compréhension , aussi le jeune enfant s' approprie les émotions ressenties : il portera facilement la tristesse , la colère ou la peur de ses parents et de sa mère tout particulièrement .

Tout être humain est marqué par ses premières sensations , perceptions et émotions .

Serge Tisseron évoque la transmission d'émotions inconnues pour l'enfant qui peu à peu l'habitent , comme si lui même avait vécu ce type d'évenement correspondant .Plus le traumatisme a été grave pour le parent , plus l'enfant risque d'être envahi par cette anesthésie émotionnelle .

-Quand l'entourage est peu attentif aux émotions, l'enfant éprouve un manque d'assurance .

- Quand l'entourage ne valide pas les émotions , la honte envahit l'enfant , entraînant une sorte d'inaffectivité .Si l'enfant ressent de la culpabilité ,son estime de soi est fragilisé .

Le nouveau-né se développe par la communication .

Sa dépendance fondamentale le contraint à intégrer les désirs ,attentes ou rejets de ses parents . Il va tenir une place marquée du vécu de tous ceux qui l'on précédé , et en particulier de l'empreinte de sa naissance .

Les émotions sont liées aux deuils non terminés .

Les enfants dont la mère est décédée en les mettant au monde , vivent parfois une culpabilité qui croît notamment en cas de reproches imaginés ou sous -entendus du père ou des grands-parents . Il devient difficile d'accepter la vie quand elle est associée à la mort .

Pour intégrer les effets d'un non-dit , les effets d'un deuil non résolu ,un travail d'acceptation du destin du disparu est mettre en place à l'aide d'un travail thérapeutique : psychanalyse ,psychothérapie ,reconstruction systémique ou autre....

Les indentifications

Tout enfant absorbe les projections de ses parents à son égard et construit son identité par rapport aux images qui lui sont renvoyées . Pour satisfaire ses parents , l'enfant s'identifie à certains membres de la famille . L'enfant est capable de renoncer à ses aspirations pour répondre aux attentes parentales .

L'indentification à la mère est d'abord visérale :

La vie émotionnelle de la mère laisse une trace indélébile .Le foetus capte tout ce qui concerne sa mère , puis le nouveau-né vit une relation fusionnelle avec elle et s'imprègne de ses ressentis . L'enfant sait s'il est attendu avec joie ou non .Il s'aime comme sa mère l'aime et cette première relation structure ses relations . La mère met en lien avec soi-même par la nourriture , le corps .

-La relation maternelle procure le bien-être.

L'indentification au père fournit une image sociale :

Le rôle du père confère à l'enfant sa valeur , sa place dans le groupe . il impose la loi et le respect des règles en indiquant les limites . Il coupe l'enfant de la fusion à la mère pour le conduire vers l'autonomie . Le père établit un autre mode de communication avec ses enfants .

- La relation paternelle assure théoriquement la structure.

- La mère donne accès au père en donnant les informations qui créent le lien .

Lorsque les parents sont absents , on identifiera leur substitut , c'est à dire la ou les personnes qui procurent aux enfants la stabilité de base .

Les liens relationnels :

L'enfant se soumet naturellement aux images qu'il reçoit de ses éducateurs . identifier la nature des relations entre les différents membres permets de comprendre ce qui s'est joué durant l'enfance , tout comme ce qui se manifeste encore .

Les relations sont en lien avec les projections des parents , constituées des émotions et sentiments de leur propre enfance , plus ou moins structurés .

Attribuer à l'enfant une caractéristique propre à un membre de la famille marque son appartenance et lui confère sa légitimité , à condition toutefois de ne pas l'enfermer dans une identification attendue .

-L'enfant qui s'inscrit dans une continuité se sent positionné dans du long terme .

On peut souffrir d'abandon tout en ayant été élevé par des parents présents et de bonne volonté..Les parents n'ont pas véritablement accueilli et entouré leurs enfants , parce que leur vecu d'enfance les retient ou entrave leur plein épanouissement .De plus ,sachant que les conjoints ont souvent un contexte similaire dans leur famille d'origine, les manques envers les enfants pèsent parfois doublement .

La relation avec les grands-parents :

Au niveau systémique, on étudie plusieurs générations , incluant les parents, oncles et tantes du côté du père et du côté de la mère, les grands-parents et leurs frères et soeurs,puis les arrières grands-parents .

Un grand-parent peut être un parent de substitution et procurer un équilibre sécurisant .par contre,son décès engendre une rupture profonde ,lorsqu'il réveille l'abandon originel .le rôle de grand-parent s'appuie sur le statut privilégié puisqu'exempt des contraintes quotidiennes et donc entièrement tourné vers l'affection . Les grands parents occupent fréquemment la place de confident ou de soutien constituant un étayage de l'estime de soi .

-L'image que nous avons de nos grands-parents est très différente de celle sur lesquelles nos parents ont construit leurs identifications durant leur enfance.

Ordre et place dans la famille :

Dans une famille chacun occupe un rôle qui entre en résonnance avec les autres :

- La jalousie s'installe en relation à l'arrivée d'un nouvel enfant .

-La rivalité surgit à la suite de la préférence ou valorisation imaginées ou réelles .

--Traditionnellement, l''aîné concerne les attentes parentales et apprend le sens des responsabilités .

--Le second sera plus indépendant en développant goût du risque et désir d'innover.

--Si l'aîné est garçon, les suivants seront plus actifs ,agressifs, ambitieux...

--Si l'aînee est fille ,les frères et soeurs sont plus conciliants et ont tendance à obéïr.

--Le petit dernier est souvent choyé; mais, considéré comme " Bâton de vieillesse", il a plus de difficultés à entreprendre et à quitter la maison .

L'enfant accepte plus facilement les conseils d'un frère ou d'une soeur du fait de partager l'exploration des interdits ou de la confiance et la solidarité face aux difficultés de la vie .

Handicap ou maladie :

Lorsqu'un des enfants est malade ou atteint de handicap, il est impossible pour les autres frères et soeurs de vivre sans se préoccuper du sort de celui-ci .Respecter l'ordre et honnorer le destin difficile permet de garantir à chacun son équilibre .

Fausses-couches, enfants mort-nés ou décédés en bas-âge :

Lorsque les décès sont passés sous silence du fait de la douleur inacceptable , les frères et soeurs éprouvent un manque intérieur pouvant les conduire à la dépression ou une maladie grave.La fratrie retrouveune forme d'équlibre lorsque les enfants décédés sont nommés,lorsque leur histoire est racontée, lorsque leur souvenir est commémoré .Les vivants prennent complétement leur place en respectant celle du disparu .il leur devient , plus naturel de réussir dans les domaines personnel, professionnel ou social .

Habituellement, les parents diront :" nous avons 4 enfants" sans prendre en comptent l'enfant manquant;cette ommission génère un vide pouvant devenir préjudiciable aux frères et soeurs quant à la possibilité de prendre pleinement sa place .

Les règles sont souvent étayées par des proverbes :

" Bien mal aquis ne profite jamais" incite à l'honnêteté .

" Un sous ,c'est un sous" porte à l'économie .

""Tout vient à point à qui sait attendre " valorise la patience .

"Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras "tend à éviter tout changement .

" On a toujours besoin de plus petit que soi " conduit à respecter ceux qui sont considérés comme inférieurs et loue le fait de réunir les compétences .

Le choix de la profession :

Les parents valorisent ou dévalorisent certains secteurs d'activité, ou métiers proches ou différents du leur . Le devoir de respecter ce qui a existé s'impose inconsciemment .

Tout blocage est souvent révélateur d'un conflit de loyauté :

Cette problématique se révèle par des échecs répétitifs ( études ratées, démissions ou perte d'emploi , faillites ) ou l'impossibilité à suivre une carrière professionnelle ascendante .

Boud

" Dans chacun de nos ancêtres, il y a un Bouddha qui dort : si vous voulez vous éveiller.., travailler à hisser votre arbre généalogique entier au niveau de sa bouddhéité ."

Alexandro Jodorowsky

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
×